Site Officiel de la Municipalité de Montdidier (Somme - Hauts-de-France)

Pesticides : jardinons nature

Au jardin, les pesticides, dont l’usage sera interdit en 2020, peuvent être avantageusement remplacés par des techniques respectueuses de l’environnement.


Les pesticides, comme vous le savez, sont extrêmement dangereux à la fois pour l’environnement et pour la santé. C’est pourquoi leur usage est très réglementé. À l’heure actuelle, de multiples polluants, dont les pesticides, contaminent notre environnement quotidien, menaçant notre santé et les équilibres naturels. Alors que certaines pollutions dépassent notre pouvoir d’action, dans le cas des pesticides nous pouvons agir à notre échelle. Même dans un petit jardin nos actes sont importants et ont un impact sur l’environnement global. Ces pesticides sont utilisés entre 3 à 5 % par les jardiniers amateurs.

Santé humaine

Nous sommes tous en contact plus ou moins régulier avec les pesticides. C’est le cas lorsque nous les utilisons directement (ex : la pulvérisation d’un produit anti-pucerons dans le jardin, branchement d’une prise anti-moustiques, etc.) lorsque quelqu’un en utilise à proximité, ou bien lorsque nous buvons de l’eau ou mangeons des légumes contenant des résidus de pesticides.

Ces produits ne sont pas inoffensifs et être en contact avec eux régulièrement peut représenter un risque pour nous : différentes conséquences sur la santé ont été démontrées par de nombreuses études scientifiques.

Intoxication aigüe

Les symptômes se manifestent immédiatement ou peu de temps après une exposition à un pesticide par contact avec la peau, respiration de vapeurs, etc. Les manifestations sont : maux de tête, nausées (parfois avec des vomissements), vertiges, étourdissements, fatigue, perte d’appétit, irritations de la peau et des yeux.

Intoxication chronique

L’exposition aux pesticides ne provoque pas de signes d’intoxication immédiatement observables : comme dans le cas de l’amiante, les conséquences s’expriment à plus long terme et prennent la forme de cancers, problèmes de reproduction, troubles neurologiques chroniques et dysfonctionnements du système immunitaire.

Lorsque vous vous promenez dans une forêt ou une prairie naturelle : observez-vous souvent des pullulations ou des épidémies sur les plantes ou les arbres ? Non, et pourtant « Dame Nature » ne passe pas régulièrement avec un pulvérisateur plein de pesticides, il y a d’autres solutions !

Les quelques principes de base du jardinage naturel sont les suivants :

  1. Favoriser la présence d’animaux auxiliaires
  2. Choisir des plantes adaptées aux conditions naturelles du jardin
  3. Utiliser des amendements naturels
  4. Réaliser une rotation des cultures
  5. Choisir des variétés de fruits et légumes anciennes
  6. Éviter un travail excessif du sol qui risquerait de le déstructurer et d’affaiblir la population d’invertébrés

Pesticides naturels : que sont-ils ?

Dans le cas des pesticides naturels, la substance active est issue de la nature, elle n’est pas fabriquée par l’être humain. Il en existe différents types :

  • Le biopesticide est un pesticide issu d’un organisme vivant. Il peut être constitué d’un organisme vivant en entier comme « Bacillus thuringiensis », bactérie à action fongicide, ou d’une substance créée par un organisme vivant comme les décoctions de pyrèthre à action insecticide.
  • On trouve également des Stimulateurs de Défenses Naturelles (SDN) : ils n’ont pas une action directe sur les organismes « ravageurs » mais ils permettent à la plante de se défendre plus efficacement contre eux. C’est par exemple le cas du « purin d’ortie » qui renforce les plantes.
  • Enfin, il y a les pesticides naturels non biologiques. Il s’agit par exemple de la célèbre bouillie bordelaise (sulfate de cuivre), un fongicide à base de cuivre.

Les pesticides naturels disponibles dans le commerce sont par exemple :

  • Action insecticide : solution d’acide gras végétal, décoction de pyrèthre, purin de fougère, etc.
  • Action contre les maladies : décoction de prêle, soufre liquide, etc.

Un entretien régulier de votre jardin

Il est possible de se passer des produits chimiques au jardin. Un entretien régulier permet de contrôler la végétation indésirable tout en évitant des travaux trop lourds. Pour les zones enherbées, il est bon de tondre ou de passer la débroussailleuse régulièrement.

Sur les surfaces dures, un balayage régulier (au balai de cantonnier) permet souvent de limiter l’implantation des mauvaises herbes. Passé une fois dans la saison, le nettoyeur haute pression élimine les mousses, lichens et jeunes plantules. Quand les mauvaises herbes sont implantées, binette, sarcloir et différents outils à main permettent de s’en débarrasser.

Sur les surfaces gravillonnées, l’entretien courant passe par le ratissage, le binage, le sarclage… Les aménagements doivent être limités en surface pour éviter un entretien trop contraignant. Quand on choisit de les refaire, il est préférable de mettre en place un feutre géotextile avant de poser le gravier.

Pour plus de renseignements

Consultez ce site internet :
http://jardin-naturel.cpie-picardie.org/cpie/Content.aspx?ID=162953